02-10-2020|
4
minuten

Dans notre billet de blog précédent, nous avons parlé des angles morts du chariot élévateur. Si vous avez déjà utilisé un chariot élévateur dans un entrepôt ou en extérieur, vous savez qu’il peut être difficile de maintenir une visibilité optimale sur l’environnement. Dans ce billet, nous abordons le sujet des angles morts du chariot élévateur, mais aussi des techniques pour améliorer votre visibilité. 

Quand il s’agit de sécurité et de productivité dans le secteur logistique, et en particulier dans la manutention de marchandises, il est généralement question d’un ensemble de mesures appropriées pour permettre de mieux gérer les situations. À cet égard, les solutions organisationnelles sont un excellent point de départ : pensez par exemple à la mise en place d’un plan de circulation et à des accords sur la distance à respecter entre les chariots élévateurs et les piétons – la fameuse zone de sécurité. 

instructions, des formations, un coaching, un accompagnement physique et surtout, des mesures de supervision sont aussi de très bonnes solutions. Cependant, les mesures techniques – l’utilisation d’objets et d’équipements, des solutions portant sur le chariot – sont généralement beaucoup plus populaires.

En soi, il n’y a rien de mal à cela. Mais pour obtenir un résultat vraiment durable, mieux vaut dresser un plan d’approche qui repose sur ces trois piliers. Si l’objectif final est clair, il est d’autant plus facile d’y parvenir et il n’y a plus qu’à veiller à l’équilibre des trois éléments respectifs – les trois sommets du triangle magique de la sécurité.

Palettes et élévation
Comment l’image ci-dessus se traduit-elle en pratique ? Jusque dans les années 90, les palettes dans un rayonnage atteignaient encore 6 à 7 mètres de hauteur. En 2020, nous en sommes à 9 à 11 mètres. L’espace de stockage coûte de l’argent. Malgré les systèmes de gestion d’entrepôts intelligents, les conducteurs de chariot à mât doivent donc chaque jour prélever et ranger des palettes à cette hauteur. Remarquez aussi que les allées sont de plus en plus fréquentées, notamment en raison du nombre croissant de préparateurs de commandes. Cela donne vite lieu à des situations dangereuses. Pour minimiser les risques liés à la manutention, les chariots à mât modernes sont équipés par défaut d’une limitation de la vitesse de levage du mât, d’une limitation de l’accélération et d’options intelligentes pour maintenir une bonne visibilité environnante.  

Que pouvons-nous faire de plus pour soutenir les caristes dans ces environnements très animés ? Au-delà des mesures organisationnelles – le respect d’une distance de sécurité –, nous pouvons leur faciliter davantage la vie. Il existe deux solutions techniques possibles :

  • Une zone rouge de sécurité
  • Un système de caméras 

 
Zone rouge de sécurité dynamique
Les piétons, les préparateurs de commandes et les autres utilisateurs de l’entrepôt n’ont parfois aucune idée des risques qu’ils courent lorsqu’ils empruntent une allée. Sur la voie publique, nous avons tendance à nous tenir à distance des voitures et des camions ; mais dans l’entrepôt, nous voulons généralement nous rapprocher du véhicule. Souvent, les piétons n’ont pas conscience de ce que leur collègue dans le chariot voit ou non. Lorsqu’une palette en hauteur est déplacée ou prélevée derrière lui, il lui est impossible de le voir.  

 

Et bien qu’un chariot à mât ne puisse pas basculer sans raison, il y a toujours un risque de chute du chargement. Une règle empirique importante est donc que la hauteur déployée du mât ne dépasse pas le rayon de chute maximal du chargement. Une canette ne représente peut-être pas un danger majeur, mais la chute d’un paquet de 10 ou 20 canettes d’un demi-kilo chacune peut vite provoquer un grave accident. Pour attirer l’attention sur ce rayon de chute, il existe dès lors des systèmes dynamiques qui indiquent la zone de danger sur le sol en générant un cercle rouge. 

Pour le piéton, c’est une alerte visuelle qui lui rappelle de faire preuve de vigilance ; pour le conducteur, c’est une mesure rassurante qui lui permet de se concentrer sur son travail, la manutention experte du chargement.

Les avantages d’un système de caméras
Si vous avez déjà utilisé un chariot élévateur dans un entrepôt ou en extérieur, vous savez qu’il peut être difficile de maintenir une visibilité optimale sur l’environnement. Et si vous pouviez aider vos caristes à améliorer leur vision, par exemple à l’aide d’un système de caméras ? Un cariste qui voit mieux où il dépose son chargement travaille plus rapidement et dégage donc plus vite l’allée. Sans oublier l’avantage ergonomique : grâce à un bon positionnement de l’écran, le cariste regarde dans une direction naturelle.  

Ainsi, le cariste doit moins souvent regarder en l’air dans une position qui demande un effort. Cela soulage les muscles de l’épaule et de la nuque, ce qui réduit le risque d’absentéisme et améliore la productivité. L’utilisation d’une caméra améliore la visibilité du cariste sur son environnement, ce qui minimise les risques de collision.


Le conducteur du chariot peut voir sur son écran si la fourche est en bonne position, afin que les bras s’insèrent correctement dans les ouvertures des palettes.

En résumé
Au niveau de la visibilité lors de l’utilisation du chariot élévateur, il est clair que les trois éléments – l’humain, les processus et la technique – doivent toujours être en équilibre. L’un n’exclut pas l’autre et ils peuvent se renforcer mutuellement. Quelles que soient les mesures mises en place, un soutien et une supervision adéquats sont et demeurent donc essentiels. Car, quelle que soit la qualité du système de caméras et du soutien au conducteur, cela ne servira pas à grand-chose si l’environnement autour du chariot n’est pas conscient des risques.

Jimmy Henrard
Jimmy Henrard | Linkedin

Sales Engineer at Toyota Material Handling Belgium