04-10-2019|
3
minuten

Si nous croyons les médias, les robots et les AGV (Automated Guided Vehicles) sont la solution par excellence à tous les problèmes dans l’entrepôt. Mais est-ce réellement le cas ? Tout ne s’améliore pas lorsque vous remplacez des gens par des machines. Nous expliquons brièvement, pour vous, trois malentendus fréquents concernant l’automatisation

Malentendu 1 | L’automatisation accélère les processus

On entend dire que l’automatisation augmente la productivité au travail. C’est exact si l’on examine la productivité par collaborateur. Si vous remplacez un chariot élévateur par un AGV, vous économisez un conducteur de chariot élévateur. Vous faites donc le même travail avec moins de gens.

toyota icons-01

Fait : Le processus proprement dit ne se déroule pas plus rapidement par définition. Qui plus est : en raison des prescriptions en matière de sécurité, la vitesse d’un AGV est limitée. En effet, le capteur de sécurité doit avoir suffisamment de temps pour détecter les personnes et autres obstacles et donner le signal permettant d’arrêter la machine. Voilà pourquoi un chariot élévateur conventionnel avec conducteur est souvent un peu plus rapide dans la pratique.

Un AGV continue à travailler correctement, même s’il travaille jour et nuit. Cela augmente surtout la qualité de l’opération et la sécurité au travail.

Malentendu 2 | À terme, les AGV remplaceront le personnel

Un AGV fait le même travail qu’un chariot élévateur : déplacer des palettes ou autres supports de charge du point A au point B. Une telle machine n’a en principe pas besoin d’un conducteur qui effectue le même trajet des dizaines de fois par jour. Mais cela ne signifie pas encore qu’un AGV rend les gens totalement superflus.

Fait :  Un conducteur de chariot élévateur ne fait pas que transporter des chargements. Il signale les palettes endommagées. Il redresse les emballages qui ne sont pas empilés correctement. Ou il transporte les chargements vers une banderoleuse et en enregistre le contenu. Soit autant de tâches qu’un AGV n’effectue pas. Lorsqu’un conducteur est remplacé par une machine, les collègues doivent reprendre ses tâches ou la continuité du processus doit être préservée par d’autres solutions.

toyota icons-02

En outre, des gens sont nécessaires pour gérer les AGV et les autres projets d’automatisation. Ils surveillent l'état des machines, signalent les pannes et y remédient efficacement. Si nécessaire, ils effectuent eux-mêmes les adaptations techniques, comme la modification de l’itinéraire d’un AGV.

Alors que l'on a besoin de moins de personnel pour conduire les chariots élévateurs, on crée un besoin de professionnels qui connaissent les systèmes et les processus.

Malentendu 3 | L'automatisation crée l'ordre et le propreté
L’apparence d’un entrepôt partiellement ou entièrement automatisé diffère considérablement de celle d’un entrepôt géré manuellement. Dans ce dernier cas, l’agitation est souvent perceptible et visible. Les chariots élévateurs circulent parfois dans tous les sens, les marchandises sont dispersées ici et là et il n’est pas toujours question d’un lieu de travail propre et en ordre. Dans une configuration automatisée, la structure, l’ordre et la propreté règnent.

Fait :  L’affirmation ci-dessus est en partie exacte. La structure, l’ordre et la propreté ne sont toutefois pas une conséquence de l’automatisation. Il s’agit plutôt d’une condition pour pouvoir automatiser.

toyota icons-03

Un AGV ne fonctionne pas bien dans un environnement dépourvu d’itinéraires bien délimités ou de zones d’emballage et d’enlèvement fixes. Les AGV qui doivent régulièrement s’arrêter parce que le passage est bloqué par des palettes ou du matériel d’emballage qui traînent n’atteignent pas le rendement promis. Nous constatons dans la pratique que souvent, ces conditions pour l’automatisation ne sont pas réunies. Cela signifie que les entreprises ne doivent pas seulement (re)structurer les processus et les procédures.

Pour réussir l’automatisation, il convient également d’adapter la culture d’entreprise sur le lieu de travail.

Topics: Automation

Philip Van Oevelen
Philip Van Oevelen |

Logistics Solutions Senior Consultant